Cinq conseils pour servir votre vin comme un professionnel

Cinq conseils pour servir votre vin comme un professionnel

Au restaurant, dans un bar à vins ou lors d’une dégustation, le service fait l’objet d’un soin particulier. Les verres ont une forme et une taille spécifique. Le vin est à bonne température, et la bouteille ouverte sans encombre. Rien n’est laissé au hasard : mises bout à bout, ces petites attentions permettent de révéler le potentiel d’un vin. Et si vous adoptiez ces méthode chez vous? Il suffit de quelques astuces pour apprendre à servir vos bouteilles tel un professionnel.

Patientez quelques jours après votre voyage

Vos bouteilles ont effectué un long périple entre le domaine et votre cave. Entre les vibrations des voitures, des trains ou des avions, les secousses infligées par le transporteur ou les variations de températures, le voyage a été éprouvant pour votre vin. Une fois arrivé à destination, la tentation est grande d’ouvrir une bouteille. Nous vous recommandons la patience ! Le vin est une matière vivante, qui a besoin de se stabiliser après avoir été transporté. L’idéal est d’attendre en moyenne deux à trois semaines pour qu’il se détende et dévoile de nouveau ses meilleurs atouts. N’hésitez pas à le placer en cave dès son arrivée. 

Servez votre vin à la bonne température

Une fois sorties de votre cave, les bouteilles doivent être chambrées ou rafraîchies pour leur permettre de révéler leur complexité aromatique et leur structure équilibrée. A chaque type de vin sa température idéale. Les vins blancs de corps moyen à charpenté et boisé, tel un Meursault, un Pessac-Léognan se servent légèrement frais, entre 10 et 13°C. Les vins blancs plus vifs et légers comme le Riesling ou un Sancerre préfèrent une température comprise entre 7 et 10°C, tandis que les vins doux et effervescents se dégustent bien frais, entre 6 et 8°C. Les rouges légers comme le Beaujolais dévoilent leur finesse entre 13 et 15°C. Le pinot noir de Bourgogne, tout comme les assemblages de Bordeaux, de la Vallée du Rhône, d’Italie ou d’Espagne, se boit chambré, entre 16 et 18°C.

Une dégustation s’improvise et vous n’avez pas eu le temps de mettre vos bouteilles à température ? Evitez à tout prix de leur infliger un choc thermique en les mettant au congélateur ou en les posant sur un radiateur : le vin risquerait de se dégrader. Pour refroidir un vin blanc ou effervescent en quelques minutes, placez-le dans un seau à glace rempli aux trois quarts d’une quantité égale d’eau et de glaçons. Une fois le vin à température, n’oubliez pas de le sortir du seau – le froid trop prononcé pourrait masquer ses arômes. Les vins rouges, eux, n’aiment pas le froid, qui les fait paraître maigres et durs. Pour les chambrer rapidement, le meilleur moyen reste de les servir et de réchauffer le verre entre vos mains.

Investissez dans un tire-bouchon efficace

Y a-t-il plus frustrant que de casser un bouchon dans le goulot lorsque vous ouvrez une bouteille? Il existe une multitude de tire-bouchons sur le marché, des plus rudimentaires aux plus technologiques. Notre préférence va au classique limonadier prisé des sommeliers et des professionnels du vin. Également appelé sommelier ou perroquet, en raison de son profil, cet ustensile permet de prendre appui sur le goulot de la bouteille et d’extraire sans force le bouchon en deux temps, tout en douceur. Plus délicat à maîtriser, le tire-bouchon bi-lames se révèle très utile pour les vieux millésimes lorsque le liège est devenu poreux et friable, et pour cause : il ne requiert pas de percer un trou au centre du bouchon. Grâce à ses deux lames, l’outil s’insère entre le liège et la paroi en verre pour décoller le bouchon, évitant ainsi tout risque de casse. Une technique qui permet d’éviter la chute de débris dans la bouteille, mais qui demande toutefois une certaine dextérité.  

Adoptez le stop-gouttes

A première vue, cette petite feuille souvent argentée intrigue. Avec sa forme ronde, elle pourrait passer pour un dessous de verre. Vous allez être surpris! Roulé pour former un cylindre, le stop-gouttes s’insère directement dans le goulot d’une bouteille ouverte. Ce petit accessoire permet alors de verser le vin plus aisément. Son extrémité effilée évite de voir une dernière goutte se répandre sur la nappe après avoir servi un verre. C’est d’ailleurs de là qu’il tient son nom de “stop-gouttes”.

Optez pour des verres adaptés

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi il existait tant de sortes de verres à vin? Loin d’être une fantaisie, chacun d’entre eux est conçu pour mettre en valeur les atouts d’un type de vin en particulier. Les rouges préfèrent ainsi les grands verres. Leur surface de contact avec l’air y est plus élevée, ce qui permet à leurs arômes et à leurs saveurs de s’épanouir. Il est aussi plus facile d’y faire tourner le vin pour l’oxygéner. A l’inverse, les vins blancs se dégustent mieux dans des verres de taille moyenne. Les notes fraîches et fruitées sont alors dirigées vers le haut du verre, pour permettre d’apprécier pleinement les arômes du vin.

Choisissez toujours un verre en forme de tulipe refermée dont la base (dite l’épaule) du verre est plus large que la cheminée (dite buvant).

Lorsque vous vous servez, remplissez vos verres au premier tiers, ainsi vous pourrez plus facilement le faire tourner dans votre verre, pour l’aérer et dévoiler ses arômes.

Avant de servir un vin, prenez le temps de vérifier la propreté de vos verres : le moindre résidu de poussière, de sel utilisé dans les lave-vaisselles ou de détergent pourrait altérer ses arômes. Sentez votre verre vide, il doit être totalement inodore. En cas d’odeur désagréable, n’hésitez surtout pas à les laver à nouveau à la main et de bien les rincer. Pour les essuyer, utilisez un chiffon de lin. Il permet de retirer la poussière éventuelle tout en ne laissant aucune peluche dans les verres.

Il ne vous reste plus qu’à accorder votre vin avec le plat qui lui convient le mieux avant de le déguster. Santé!

Découvrez tous ces accessoires dans notre showroom au 26 rue Grignan. Contactez nous.